Voyage

La vie à Molchanov

Pin
Send
Share
Send


Nous venons de surmonter le 60ème parallèle et la ligne de convergence avec l'Antarctique. Manel recueille des données sur son GPS tout autour. Au retour, nous aurons les positions exactes sur une carte de ce que nous avons parcouru. Bonne idée Nous sommes officiellement dans les eaux antarctiques. Le vent est toujours de 5 à 6, avec des rafales de 7.



Aujourd'hui Je me suis parfaitement levé (biennnnnnnnnn !!). Je ne sais pas si les biodramines ont déjà fonctionné ou si j'ai pu mieux assimiler le mouvement du navire, mais aujourd'hui je me déplace comme un poisson dans l'eau entre les bosses du bateau. J'ai pris un bon petit-déjeuner et je viens de manger à la perfection. La nourriture est variée et abondante (poulet, viande, esladas, poisson, pâtes ...). Nous avons 2 chefs pour les voyageurs et la nourriture et l'eau pour 1 mois. En outre, le bateau peut purifier l'eau de la mer.


Nous avons fait une première visite au sommet du navire Josep et Angela à fumer, tandis que Manel prenait des données avec le GPS. J'observe les coups du bateau et la quantité de pétrels et d'albatros qui sont toujours avec nous. Il est beau. Les albatros sont une famille de grands oiseaux (parmi les plus grands qui soient) répartis dans la majeure partie de l'extension de l'océan Antarctique et du nord de l'océan Pacifique. Les pétrels sont également caractéristiques des mers froides (nous sommes maintenant à -1ºC).



La vie à Molchanov s'est un peu améliorée, la température est idéale (vous pouvez marcher dans une manche courte) et elle n'a plus l'air aussi fantomatique qu'hier, même s'il s'agit encore d'un navire mort. Le panorama du bar avec les chaises jetées, de l'infirmerie avec tout ce qui se trouve à l'étage ou des chambres à l'étage, est terrible. Angela est toujours très vive. Manel ne perd rien, est toujours les yeux ouverts. Josep répète la musique de Mozart (qui nous a promis de chanter parmi les pingouins)

Aujourd'hui, ils ont fait les premiers entretiens. Le peu que nous avons téléchargé ont pu assister à la Explication du pont de commande. Le Molchanov est un petit navire, l'un des plus petits passagers. Les 20 membres d'équipage russes sont portés disparus. Ils nous disent qu'il doit toujours y avoir un officier à la fois sur la passerelle (3 à tour de rôle toutes les 4 heures) et dans la salle des machines. Ils ont leur propre chef. La peine qui me reste à faire est d’entendre dire que ce navire, qui navigue dans les eaux depuis 30 ans, est la dernière année de cet itinéraire (le contrat s’achève). C'est un navire d'expédition idéal pour l'aventurier ... loin des croisières de luxe.


Nous jouons déjà "seulement" 14 heures à jouer des îles Sheetland, nous les jouerons à l'aube. Les profondeurs seront de 200 et 300 m, ce qui nous permettra de commencer à entrer en contact avec les premiers signes de la vie antarctique. En ce moment nous sommes toujours avec profondeurs de 2 000 à 3 000 m (!!! WOOOOW !!)

Ils nous affectent beaucoup sur la question de la pollution, une chose logique. Ne jetez rien, ne laissez pas de restes, etc. Ils nous disent aussi que tout n'est pas aussi beau qu’ils le peignent. Comme il n'y a pas de contrôle territorial, il n'y a pas de "gardiens" et il y a des scientifiques qui pilotent des colonies de manchots en hélicoptère, ou même les marquent avec de la peinture. Quelles bêtes! Quel dommage!

Divertidisima et a souffert a été la douche du matin. Quelque chose qui ressemble à allumer la perola et à faire passer de temps en temps de l'eau dans la tête. Ainsi, quand il n'y en avait plus, on la lavait et quand elle revenait, on la mouillait, tandis qu'avec une main, on essayait de rester debout. En fin…

En ce moment je suis assis à côté de Josep au bar, à une table épinglée au sol. Les craquements du bateau lors de la capture d'une vague sont effrayants. Il semble qu'il allait se séparer en deux. Marcher sur le bateau est une tâche difficile et ardue, nous devons y aller à deux mains et appuyées sur les murs. Quitter le bateau est une autre expérience, il faut porter des vêtements thermiques, des polaires, des chapeaux, des gants ...

Je me trouve certainement parfaitement, je peux écrire sans avoir la tête qui tourne. Je suis déjà adapté, même si les vagues nous attaquent à nouveau avec acharnement

Samedi 5 décembre
16.03, dans les eaux antarctiques. Drake Step.
À 61º 03 W, 60º 53 S

Josep descend du pont pour nous faire savoir pendant qu'Angela et moi écrivons !! Nous venons de voir le premier mini-iceberg décroché !! Il est beau. Quelles couleurs bleues ils laissent. Angela prend la première photo.


J'ai lu dans mes notes de voyage qu'un iceberg géant s'était détaché il y a quelques années et constituait un grave danger pour les navires qui traversent le cap Horn. Il faisait environ 70 km de long et environ 20 km de large. Incroyable. Cette même année, il semble qu’un autre volumineux ait été découvert à 45 km de la Nouvelle-Zélande. C'était petit garçon. Montons

Plus d'albaltros et de pétrels. Quelle valse ils ont à côté du navire, laissant une auberge sa silhouette sur les courants d'air. Touchant presque avec ses ailes la mer puissante qui nous entoure. Il semble que le tourbillon des hélices les attire.




Samedi 5 décembre
22h15, près des îles Shetland du Sud
À 60 ° 43 'de longitude ouest, 61 ° 05' de latitude sud

Presque tous les voyageurs de Molchanov sont déjà dans leur cabine et commencent le dernier rêve avant le rêve antarctique. Nous résistons, nous sommes 6 Espagnols et 1 Belge. Nous venons de dîner et nous sommes montés sur le pont de commandement (dans lequel vous pouvez entrer quand vous le souhaitez). Là, le capitaine nous apprend, à propos de l'ordinateur de bord, la situation dans laquelle nous nous trouvons, 2 heures pour voir la terre pour la première fois. Certains bateaux de pêche apparaissent sur le radar, incroyable. Je sais que je le répète souvent, mais je suis très très nerveux. Je n'avais pas été comme ça pendant des années, tellement excité ...

Le navire ne bouge plus beaucoup. Nous laissons le col de Drake derrière nous et il semble que le pire soit arrivé.

Il y a quelque temps, nous avons eu le premier entretien sur le atterrir sur les plages, le "débarquement". Nous avons nettoyé la partie la plus externe de nos vêtements pour éviter toute contamination et nous avons fait un effort pour expliquer que nous ne "allions pas nous promener" mais que nous allions entrer dans un lieu "inhospitalier", presque "inexploré" et que les conditions pouvaient être "très "défavorable", de sorte que les quatre couches (thermique, seconde couche, vent polaire et extérieur) ne seront pas petites. Il y aura des endroits où nous ferons jusqu'à 3 heures de marche. Je pense que nous avons eu de la chance avec les "leaders", car ils semblent très vieux et ouverts aux suggestions. Bien sûr, ils ont beaucoup d'humour et passent la journée à faire des blagues. "Celui qui reste trois fois à terre invitera des boissons sur tout le bateau", haha. Eh bien, je vais essayer de ne pas rester seul, entouré de pingouins incrédules qui me regardent me menacer parce que j'ai envahi la colonie et abandonné par les Molchanov ...

Quoi qu'il en soit, je m'arrête délirant et vais me coucher. 2 heures, c'est beaucoup, je vais donc régler l'alarme à 6'00. Il y a moins ...

Isaac des îles Shetland du Sud (Antarctique)

Pin
Send
Share
Send